L’imprévisible

Metin Arditi

J’avais découvert Metin Arditi avec Le Turquetto, très beau roman qui m’a donné envie de lire les écrits précédents de cet auteur. C’est avec L’imprévisible que j’ai poursuivi et… je suis déçue. Déçue n’est pas le mot, c’est juste que cette histoire ne m’a pas emballée. Je n’ai pas accroché, c’est tout.

Anne-Catherine, femme de la haute société genevoise, récemment séparée de son mari, fait appel à Guido Gianotti, ancien professeur universitaire d’histoire de l’art et spécialiste de la Renaissance, afin d’expertiser un tableau qu’elle possède, et dont elle souhaite se débarrasser car il est souvenir de son ex-mari. C’est ce lien avec l’art et le mystère autour d’un tableau qui m’avait attiré vers ce livre, et c’est vraiment cela qui m’a tenue jusqu’à la dernière page. Guido va de découverte en découverte, se déplace jusqu’aux Offices de Florence, et ledit tableau se révèlera être celui d’un grand maître. J’ai apprécié ce long cheminement, bien mené, qui est plausible, et ponctué de belles descriptions d’œuvres picturales. L’on voit la matière, les couleurs, les étoffes, les carnations. Mais je suis restée complètement insensible à la relation naissante entre Guido et Anne-Catherine, de milieux sociaux opposés, êtres solitaires, abîmés par la vie, et qui vont, un instant, l’un avec l’autre, éprouver un semblant de bonheur.

Pas une totale déception, donc, mais une impression très mitigée. Cependant, mon désir est toujours là de lire davantage d’œuvres de cet écrivain.

« C’était une main d’homme, très belle, si effilée qu’elle en paraissait presque féminine. Un chemisier à passepoil rouge l’enserrait au poignet, et il n’y avait dans sa manière de tenir la plume ni rugosité ni tension. »

Publicités

6 réflexions sur “L’imprévisible

  1. Oh dommage ! Je n’ai pas encore lu « Le Turquetto » mais je n’ai jamais été déçue par Metin Arditi. J’adore sa façon de toujours insufler de l’art, quel qu’il soit, dans tous ses romans. Et ce qui me fascine, c’est le fait que les personnages secondaires que l’on peut croiser dans un roman devient tout à coup le personnage principal d’un autre de ses romans… J’ai commencé avec « La pension Marguerite », une merveille ! J’ai enchaîné avec « Victoria-Hall », qui m’avait aussi enchantée, et puis j’ai lu « L’imprévisible » et j’avais aimé la façon dont les personnages reviennent subtilement et les histoires se recoupent. Sinon « Dernière lettre à Théo » est aussi une petite merveille où il donne la parole à Van Gogh ! (Ca me rappelle qu’il faut encore que je lise « La chambre de Vincent »)
    Par contre, « Loin des bras » était un peu en-dessous dans mes souvenirs… J’espère qu’il t’enchentera un peu plus avec ses autres titres ! =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s